Affiche publicitaire des chemins de fer de l’ouest

Les Petites-Dalles sont situées dans une vallée de la côte d’Albâtre, encastrée entre deux falaises. Au cours du XIXe siècle, avec le développement de la mode des bains de mer, l’ancien village de pêcheurs fait place à des villas, destinées essentiellement aux touristes. Les Petites-Dalles attirent des estivants issus de la bourgeoisie parisienne et normande, avides de tranquillité et de sérénité. Jules Verne, Gustave Flaubert ou encore Guy de Maupassant sont des fidèles des Petites-Dalles. Proche de Fécamp, Les Petites-Dalles profitent de l’arrivée du chemin de fer et des « trains de plaisir » arrivant de Paris.
La plage se trouve abritée par la présence de falaises au Nord qui la protège du vent, tout en l’exposant aux rayons du soleil.
La présence de plus en plus nombreuse d’estivants au cours du XIXe siècle est due à l’image véhiculée par les guides touristiques, mais aussi par les affiches publicitaires. A partir de 1886, la Compagnie des chemins de fer de l’Ouest appose de grandes affiches dans les gares et dans les lieux de vente de billets. Celles-ci décrivent par le biais d’images colorées, de petits formats, des paysages idylliques de la côte normande. Avec le rachat en 1908 de la Compagnie des Chemins de fer de l’Ouest par les Chemins de fer de l’Etat, la publicité par les affiches perdure, mais avec des reproductions plus grandes où la mer se fait plus présente, et représentant un lieu particulier. Les syndicats d’initiative, les villes et les établissements touristiques qui la composent proposent également des affiches publicitaires afin de promouvoir leur cité.
L’arrivée massive des estivants sur la côte nécessite de multiples aménagements. Les routes et certains de leur tracé sont refaits et élargis pour en faciliter l’accès. Des parcs et des promenades fleurissent également dans la petite commune. Comme dans toutes les stations balnéaires, Les Petites-Dalles ont dû construire un hôtel (Le Grand Hôtel des Bains) et un casino ; les deux étant regroupés dans le même établissement, canalisant ainsi une grande partie de la population estivale. En 1904, le casino brûle et ne sera pas remplacé.

Affiche publicitaire des chemins de fer de l'ouest

Affiche publicitaire des chemins de fer de l'ouest - 63 Fi 125