Accueil » Découvrir  »  Activités et missions  »  Le classement

Le classement

Pour être accessibles, les archives doivent être classées et inventoriées. Le principe de base du classement des archives est appelé « respect des fonds ».

Un document d’archives n’a pas seulement un intérêt par lui-même, mais également dans son contexte. C’est pourquoi tout document doit être conservé avec l’ensemble des papiers émanant de la même personne ou institution. C’est pourquoi on parle de fonds d’archives : ensemble de documents qui résulte de l’activité d’une personne physique ou morale.

Afin de faciliter l’accès aux chercheurs et l’organisation des documents, les archivistes utilisent des cadres de classement. Un cadre de classement est un plan qui répartit les fonds au sein d’un service d’archives entre des séries et sous-séries. Des cadres de classement existent pour les Archives nationales, les Archives départementales, les Archives municipales ainsi que pour les archives hospitalières. Ils reposent sur les compétences de l’administration concernée associées à de grandes coupures chronologiques (1789, 1800, 1940). La place d’un fonds dans le cadre de classement est déterminée par trois paramètres : le statut de l’entité qui a produit les documents, le mode d’entrée du fonds, ses dates extrêmes.

Un cadre de classement identique pour toutes les Archives départementales a été institué en 1841. Les fonds sont répartis en différentes « séries » en fonction de leur provenance et organisées chronologiquement :

« anciennes » pour les archives publiques antérieures à la Révolution française

« révolutionnaires » (période comprise entre 1790 et l’institution des préfectures en l’an VIII)

« modernes »

« contemporaines » pour les archives postérieures à 1940.

Cliquez ici pour consulter le cadre de classement adopté par tous les services d’archives départementaux

.