Accueil » Découvrir  »  Les archives

Les archives

Qu’est-ce que les archives ?

« Les archives sont l’ensemble des documents quels que soient leur date, leur forme et leur support matériel, produits ou reçus par toute personne physique ou morale, et par tout service ou organisme public ou privé, dans l ‘exercice de leur activité. » (définition contenue dans la loi du 3 janvier 1979).

Groupe de pêcheurs au Pollet, 1907, carte postale, 2 Fi Dieppe 611. Présence dans les environs de Rouen d’un « loup d’une grandeur extraordinaire », Lettre adressée à l’intendant Thiroux de Crosne, 16 juillet 1770, C 121.

La notion d’archives, très large, est donc indépendante :

– de la date : dès leur élaboration ou leur réception, les documents prennent qualité d’archives. Ce ne sont pas seulement de « vieux papiers » ;

– de la forme : un plan, une affiche, un dessin sont archives au même titre qu’un texte, qu’il soit manuscrit, dactylographié ou imprimé ;

– du support matériel : même si le papier prédomine toujours dans les sociétés occidentales, les photographies, documents sonores, audiovisuels et informatiques prennent une place de plus en plus importante parmi les archives.

Historique

La loi du 26 octobre 1796 impose la réunion des archives au chef lieu de chaque département. En Seine-Inférieure, faute de bâtiments suffisamment spacieux, ce rassemblement s’étend sur près d’un siècle.

Jusqu’en 1825, les archives sont disséminées en divers points de Rouen. L’acquisition d’un local situé près de la Préfecture permet alors de les rassembler. Puis au fil des versements et sous l’impulsion de Charles de Beaurepaire, directeur des Archives départementales de 1851 à 1905, les bâtiments vont progressivement s’accroître, en 1856 et 1896.

> Pour en savoir plus : Les archives de la Seine-Maritime, l’émergence d’un patrimoine (1790-1851)

Doté de 9,5 kilomètres de rayonnages, « le plus beau dépôt de France » devient rapidement trop exigu pour accueillir de nouvelles archives mais l’imminence d’une nouvelle guerre exclut toute extension. En effet, la seconde guerre mondiale entraîne de nombreux déménagements et la dispersion des archives sur cinq sites.

Dès les années 1950, un projet de construction d’un centre administratif incluant les Archives départementales sur la rive gauche est envisagé. C’est ainsi qu’est inaugurée en 1965 la « tour des Archives », située dans l’enceinte de la Préfecture. Ce bâtiment de conception moderne, peut désormais accueillir 37 kilomètres linéaires de documents, répartis sur 27 étages. Chaque étage comprend deux salles disposant chacune de 600 mètres de rayonnages.

La tour des archives et la préfecture à Rouen, photographie, 1965, Fonds de l’architecte Raoul Leroy, 163 J. Annexe des Archives départementales à Darnétal, cliché Didier TraginGrammont

La tour des Archives :

La tour, de 89 mètres de hauteur, est construite entièrement en béton armé, avec revêtement en pierre dure de Bourgogne. Et afin d’éviter un vieillissement prématuré des documents dû à l’ensoleillement, toutes les ouvertures sont protégées par des claustras.

Dès les années 1970, l’accroissement continu des archives rend indispensable un autre lieu de stockage. Après avoir utilisé la chapelle du Belvédère à Mont-Saint-Aignan et les bâtiments désaffectés de la prison d’Yvetot, le département acquiert en 1981, une partie de l’usine textile Fromage à Darnétal. Cette « annexe » réaménagée en dépôt d’archives entre 1984 et 1986, peut ainsi contenir jusqu’à 27 kilomètres linéaires de documents.

L’accroissement continu des collections amène le Conseil Général de Seine Maritime à acquérir un troisième site. Situé au cœur du quartier Grammont, les travaux débutent en octobre 2007 et dureront trois années. Tout de verre et de béton ajouré, spécialité de l’architecte Rudy Riccioti, ce bâtiment singulier dans le paysage rouennais mesure 22 mètres de haut et 110 mètres de long. Les services du réseau des bibliothèques de Rouen (Rn’Bi) y installent leurs bureaux et la bibliothèque Simone de Beauvoir en novembre 2010, tandis que les collections des Archives départementales déménagent peu à peu de l’été 2011 jusqu’au printemps 2012. Les magasins d’archives se remplissent progressivement, et sur les 26 000 mètres linéaires de magasins dont dispose le site, 20 kilomètres de documents sont à ce jour conservés à Grammont. Avec ses formes audacieuses et ses bassins entourant le site, le bâtiment accueille désormais  les archives anciennes, révolutionnaires et modernes (jusqu’en 1940), les minutes de notaire, les archives iconographiques et privées, ainsi que la bibliothèque historique. Depuis mars 2012, la Direction des Archives met à la disposition de ses lecteurs une lumineuse salle de lecture d’une centaine de places, avec des ordinateurs permettant de consulter le portail des Archives ainsi que des lecteurs microfilms.

Les archives en chiffres

– 63 kilomètres linéaires… si l’on met bout à bout les archives conservées, soit la distance entre Rouen et Dieppe.
– 1150 années… séparent le document le plus ancien et le plus récent
– 600 mètres linéaires… de documents entrés chaque année (hors documents éliminés).
– 3,6 kilomètres linéaires… de documents éliminés par an par les services publics du département avec le visa des Archives départementales
– 39 mètres… pour le document le plus long entreposé dans les archives : le rouleau de la seigneurie de la Rivière-Bourdet
– 22 kg… pour le document le plus lourd : un registre en parchemin du tabellionage de Rouen datant de 1581.