Cliquez ici pour retourner à l'accueil

1539 : L'ordonnance de Villers-Cotterêts signée par François Ier oblige les curés à inscrire sur des registres les baptêmes survenus dans leur paroisse.

1579 : L'ordonnance de Blois prescrit l'enregistrement des mariages et des sépultures dans les registres paroissiaux.

1667 : L'ordonnance de Saint-Germain-en-Laye demande la tenue en double exemplaire des registres paroissiaux pour éviter la perte d'informations en cas de troubles (guerres, incendies, etc).

1736 : Une déclaration demande la généralisation de la tenue en double exemplaire des registres paroissiaux.

1792 : Création des registres de l'état civil par l'Assemblée législative. Les communes sont chargées de la tenue des registres des naissances, des mariages et des décès. Toute la population est consignée dans ces registres quelle que soit leur religion. Quant aux registres paroissiaux, ils sont confiés aux mairies.

1897 : Création des mentions marginales, c'est-à-dire le report en marge de l'acte de naissance, des conditions du mariage ou du divorce.

1945 : Report en marge de l'acte de naissance de la date et du lieu de décès ainsi que d'autres modification de l'état civil.