Exposition Masséot Abaquesne : les Archives participent!

Exposition Masséot Abaquesne : les Archives participent!

Exposition Masséot Abaquesne, l’éclat de la faïence à la Renaissance (20 octobre 2016-3 avril 2017)

affiche_2_0

Le musée de la Céramique et le musée des beaux-Arts de Rouen mettent à l’honneur le premier grand faïencier français de la Renaissance : Masséot Abaquesne. Cette rétrospective, sans précédent, a pu voir le jour grâce à la collaboration nouée avec le musée national de la Renaissance – château d’Ecouen qui conserve, avec Rouen, la grande majorité des œuvres de l’artiste.

Figures de musiciens aux cheveux verts, homme à cornes de boucs, femmes échevelées, pavements armoriés aux couleurs acidulés, grandes scènes historiques : l’œuvre du faïencier Masséot Abaquesne ne laisse pas indifférent et a séduit, dès l’époque, les grands du royaume, proches des rois François Ier et Henri II.

Pour la première fois, un rassemblement inédit de ses œuvres les plus emblématiques est présenté au public. Véritables tableaux de faïence aux couleurs vives et éclatantes, ses pavements ont été conçus pour des commanditaires prestigieux : le connétable de France, chef des armées, et le gouverneur des enfants de France. Ses pots de pharmacie sont réunis aux côtés d’œuvres de ses homologues italiens et anversois mais également français pour faire ressortir ses sources d’inspiration et la singularité de sa production.

Archéologues, archivistes, ingénieurs du Centre de restauration des Musées de France, historiens, historiens de l’art, tous ont collaboré à cette exposition avec un objectif commun : élucider le mystère qui règne encore autour de ce personnage, emballeur au port puis faïencier, entrepreneur dans l’âme à la tête d’un atelier rouennais florissant, dont le corpus d’œuvres, revu, a fait apparaître des pièces encore méconnues.

Les Archives départementales de la Seine-Maritime contribuent à cette exposition par le prêt de 5 manuscrits : 3 registres de tabellions (2 E 1/267, 2 E 1/438, 2 E 1/2809), le cartulaire de Saint-Maclou (G 6873), et le cartulaire des pauvres valides de l’hôtel-Dieu Rouen (H dépôt 2 AP 38). Elles ont également édité des minutes notariales mentionnant Masséot Abaquesne pour le catalogue de l’exposition.