1-Les premières annonces

En France, c’est sous le règne de Louis XIII qu’apparaissent les premières « gazettes » imprimées, avec notamment le Mercure  de Jean Richter, qui voit le jour en 1611.

Le Mercure françois ou la Suitte de l’histoire de la paix commençant l’an 1605 pour suite du Septénaire du D. Cayer, et finissant au sacre du très grand Roy de France et de Navarre Louis XIII , 1611, domaine public.

Mais c’est avec la création de la Gazette , de Théophraste Renaudot, en 1631, que naît véritablement la presse en France. Ses lignes sont remplies d’informations concernant essentiellement la Cour et l’étranger, n’accordant que peu ou pas de place pour les nouvelles de province.

Cette presse est lue par l’aristocratie française, et c’est autour de crieurs, rassemblés dans les rues ou sur les places, que le peuple écoute les nouvelles. A Rouen, le lieu de rassemblement pour ces lectures, se trouvait sur les quais, près du port.

Dans la seconde deuxième moitié du XVIIIe siècle, les journaux parisiens se multiplient et les grandes villes de province voient apparaître leurs premières « Affiches » ou « Annonces ». A Rouen, Annonces, affiches et avis divers de la Haute et Basse Normandie  publie son premier numéro le 1er juin 1762.

4 juin 1762, BMR 260

D’abord hebdomadaires, tous ces « journaux », de 4 ou parfois 8 pages, portent presque le même titre, orné d’une frise ou d’une guirlande décorative, signe distinctif des imprimeurs. Leur contenu est également similaire : des informations locales concernant des biens à vendre ou à louer, des petites annonces commerciales, …laissant peu de place aux nouvelles locales ou nationales.

A la veille de la Révolution, environ 30 villes françaises possèdent leurs « Annonces ».

12 janvier 1781, JPL 1/1