La Champmeslé, gravure du XIXe siècle

Marie Desmares, dite « La Champmeslé » (du nom de son deuxième époux) est une illustre comédienne née à Rouen en 1642. Elle se joint à la troupe des comédiens du roi à Paris en 1668. Elle joue l’année suivante Andromaque de Jean Racine à l’hôtel de Bourgogne et connaît un grand succès. La Champmeslé devient l’actrice fétiche et la muse de Racine qui lui fait jouer les rôles titres de Bérénice, Iphigénie et Phèdre. Elle passe dans la troupe de Molière et devient l’une des principales sociétaires de la Comédie-Française à sa création en 1680. Elle meurt sur scène en 1698 à Auteuil.

Plusieurs témoignages sur « la Champmeslé » nous sont connus :

Que tu sais bien, Racine, à l’aide d’un acteur,
Emouvoir, étonner, ravir un spectateur !
Jamais Iphigénie en Aulide immolée
N’a coûté tant de pleurs à la Grèce assemblée,
Que dans l’heureux spectacle à nos yeux étalé
En a fait sous son nom verser la Champmeslé.
Nicolas Boileau, Epîtres, VII, « A M. Racine », 1682.

Vous régnerez longtemps dans la mémoire,
Après avoir régné jusques ici
Dans les esprits, dans les cœurs même aussi.
Qui ne connaît l’inimitable actrice
Représentant ou Phèdre, ou Bérénice
Chimène en pleurs, ou Camille en fureur ?
Est-il quelqu’un que votre voix n’enchante ?
S’en trouve-t-il une autre aussi touchante ?
Une autre enfin allant si droit au cœur ?
Jean de La Fontaine, Fables, extrait de la dédicace de la fable Belphégor adressée à La Champmeslé, 1694.

La Champmeslé, vers 1678

La tragédienne « La Champmeslé », dans le rôle de Polyeucte de Corneille vers 1678, gravure du XIXè siècle, collection Robert Eude, 166 Fi 100

Une réponse pour La Champmeslé, gravure du XIXe siècle

  1. Pingback : Histoire du théâtre | Histoire du théâtre