Monument de la Victoire de Rouen, par Maxime Real del Sarte

Projet présenté à la ville, vers 1926.

Fonds de la préfecture, 2 O 1917.

Ce monument, exécuté en 1926, est composé d’une colonne surmontée d’une femme ailée (Victoire) et de trois civils : Jeanne d’Arc – tout juste canonisée – entourée d’une veuve et d’un orphelin. Au pied de la colonne se trouvent deux soldats montant la garde. De chaque côté, figurent des bas-reliefs montrant les refugiés belges accueillis en Seine-Inférieure pendant la Grande Guerre.

Monument de la Victoire, situé sur la rive gauche à Rouen.

La phrase « Ils ont des droits sur nous », gravée dans la pierre sous les trois civils, est extraite du discours d’investiture de Georges Clemenceau en 1917 : « Ces Français que nous fûmes contraints de jeter dans la bataille, ils ont des droits sur nous ».

Le sculpteur, Real del Sarte, mutilé de guerre, est par ailleurs le fondateur et chef des Camelots du roi, d’où la polémique qui entoura le choix de son projet par la municipalité. Artiste de renom, il est par ailleurs l’auteur, à Rouen, de Jeanne au bûcher place du Vieux-Marché, et du monument aux forains au Boulingrin.

Ce monument de la Victoire fut déplacé du Palais de justice à la rive gauche lors de l’aménagement du métro. Un autre monument, aux morts pour la France, existe à Rouen,  au cimetière Saint-Sever.

Le document avant sa restauration par Muriel Desforges

Le plan restauré