Morts pour la France de Rouen

Fabrice Sajous, professeur d’histoire au Lycée Corneille, partage avec tous les chercheurs un important travail de recensement des Morts pour la France de Rouen durant la Première Guerre mondiale.

D’une part, voici le résultat d’une recherche sur les noms figurant sur le Monument aux morts de Rouen, localisé dans le cimetière Saint-Sever, afin de redonner vie à chacun de ces soldats.

D’autre part, un fichier récapitulant l’ensemble des soldats inhumés dans les différents cimetières communaux de la ville de Rouen.

Ces deux recherches sont associées à un site dédié à tous les morts pour la France connectés à la ville de Rouen, site dont l’adresse est la suivante : Rouen1914-1918.fr. et qui présente une notice biographique pour près de 6300 combattants de la région. 

Un grand merci à Fabrice Sajous qui retrace la genèse et la méthode de ces recherches :

            Professeur agrégé d’histoire-géographie au Lycée Pierre Corneille de Rouen et ancien élève de ce prestigieux établissement, je me consacre depuis des années à l’histoire militaire ainsi qu’aux relations franco-britanniques. Si mon mémoire de maîtrise portait sur les garnisons anglaises en Normandie entre 1415 et 1450, mon DEA traitait lui des bases anglaises en Normandie entre 1914 et 1918. Dans le même temps, mon année de stage professionnel me menait à Doullens et me permettait de découvrir les cimetières britanniques et la bataille de la Somme, tandis que le service militaire m’offrit l’immense privilège de travailler une année au SHAT : Service Historique de l’Armée de Terre à Vincennes. Retrouvant ensuite en tant qu’enseignant le lycée qui m’avait formé en tant qu’élève et la ville qui m’avait vu naître, je pouvais alors définitivement me consacrer à l’impact de la Grande Guerre à Rouen, la vie au Lycée Corneille pendant cette période, l’importance de la base britannique et les questions des mémoires de guerre autour des plaques commémoratives et monuments aux morts qui parsèment la capitale normande, mais aussi les sépultures de soldats rouennais que l’on retrouve après bien des recherches dans les 5 cimetières urbains.

            Ces recherches ont abouti à la rédaction d’articles, un pour la revue Armées aujourd’hui et consacré à la bataille de la Somme en 1996, un pour la revue Études normandes en 2002 sur les bases anglaise en Normandie, un autre enfin toujours dans Études normandes en 2018 pour commémorer la création au lycée Corneille pendant la guerre d’une section serbe en 1916 puis d’une section norvégienne en 1918. De cette dernière étude, un ouvrage collectif édité dans deux versions, une version bilingue franco-norvégienne et une version purement française, voit le jour en septembre 2018.

Méthodologie

            La réalisation de cette base de données sur tous les noms figurant sur le Monument aux morts de la ville de Rouen, situé dans le cimetière Saint-Sever a été rendu possible par le croisement de sources différentes :

– Site Mémoire des Hommes

– Site Grand Mémorial

– Archives du Services Historiques de l’Armée à Vincennes

– Consultation des Matricules militaires aux ADSM et dans tous les autres départements concernés

– Consultation de l’Etat-civil aux ADSM, aux AMR et dans tous les autres départements concernés

– Combinaison de ces sources écrites avec des recherches sur le terrain afin de croiser les informations :

            – dans les cimetières communaux et les nécropoles nationales

            – en étudiant Monuments aux morts et plaques commémoratives apposées dans les lieux de culte, les établissements scolaires, les institutions et les entreprises.

Site internet : Rouen1914-1918.fr

            Ce site internet sur Rouen et la Grande Guerre est l’aboutissement d’un travail commencé en 2014 au moment où la commission du Centenaire lançait sa campagne de labellisation de projets tournés vers les commémorations et que le Ministère de la Défense offrait des subventions aux projets qu’il avait sélectionnés. Dans ce cadre, chaque année je proposais dans le cadre du Lycée Corneille de travailler sur une thématique particulière en lien avec les objectifs proposés. Ainsi deux projets reçurent-ils le Label de la Commission du Centenaire de la Grande guerre et deux projets furent subventionnés par le ministère de la Défense. C’est ainsi, et avec le soutien de M. Lebarque, proviseur du Lycée Pierre Corneille et de Mme Olivier, gestionnaire du Lycée, que ce site a pu voir le jour.

Ses objectifs sont les suivants :

– Présenter une version complète du livre d’or 1914-1918 de la ville de Rouen. Notre cité est en effet une des rares grandes villes du pays à ne plus posséder de livre d’or de la guerre, l’hôtel de ville ayant subi un incendie en 1926, incendie au cours duquel les archives ont disparu. Or, notre Monument aux Morts, situé dans le cimetière Saint-Sever (et à peu près totalement ignoré des Rouennais eux-mêmes en raison de son éloignement de la ville) est en assez mauvais état. Des noms s’effritent ou, plus grave, ont disparu. Il s’agit donc ici de retrouver l’identité complète des 4844 soldats inscrits sur le Monument aux Morts de la vile de Rouen et de réaliser pour chacun une fiche biographique.

– Présenter une version complète du Livre d’or du Lycée Corneille, car si le Monument aux Morts du Lycée, inauguré en 1923 et désormais bien protégé, recense 277 noms, les recherches à travers  les listes d’élèves du lycée (et encore, malheureusement, quelques années sont manquantes), ont permis de s’apercevoir que 455 soldats (au minimum) avaient en réalité disparu entre 1914 et 1918.

– Retrouver l’identité de tous les soldats inhumés, non seulement dans les deux carrés militaires des cimetières Saint-Sever et de l’Ouest (et déjà là, de nombreuses erreurs de graphie demeurent un siècle après), mais aussi tous ceux inhumés en sépulture individuelle et dans les caveaux familiaux. Certaines tombes de ces « Morts pour la France » ont même été relevées à plusieurs époques, alors que la sépulture à perpétuité leur était reconnue par la loi !

– Bref, réaliser une étude prosopographique de près de 7000 « poilus » « rouennais » (c’est à dire nés à Rouen, ou domiciliés à Rouen, ou décédés à Rouen, ou appartenant aux Régiments rouennais) qui ont vu leur vie brisée par cette guerre d’une intensité inédite.

– Il s’agit aussi de retrouver toutes les traces que Rouen préserve encore de cette guerre et nous toucherons là aux mémoires du conflit : Monument aux Morts ; plaques commémoratives dans les églises, les institutions, les écoles, les associations, dont certaines ont été détruites durant les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, d’autres perdues, disparues, égarées, abandonnées… ce qui pose la question de la réalité de l’attachement de la société contemporaine à un conflit qui n’a pourtant qu’un siècle malgré les discours politiques récurrents sur le soi-disant « devoir de mémoire » ; livres d’or encore conservés quand le monument ou la plaque a pu disparaître ; photographies de la ville durant le conflit.

– Enfin nous aborderons la vie à Rouen au cours de la Grande Guerre, une cité à l’arrière immédiat du front, n’ayant pas connu les combats, mais fortement impactée par ceux-ci. Cette étude sera réalisée à travers l’histoire du Lycée Corneille pendant le conflit, mais aussi à travers la présence britannique dans la cité normande.

– Chacun pourra alors apporter sa pierre à l’édifice en apportant des renseignements ou des sources complémentaires, des éléments biographiques et des photographies d’identité qui permettront à tous, amateurs, passionnés, chercheurs de trouver des réponses à leurs questions.