Photographie de la flèche et des clochetons de la cathédrale Notre-Dame de Rouen, août 1881

Photographie (en sépia) de la flèche de la cathédrale Notre-Dame de Rouen et de ses clochetons, août 1881, Fonds Fi, photographe Witz.

Dans les années 1880, le photographe Witz a réalisé le portrait de grandes personnalités rouennaises, dont celui de Ferdinand Marrou, ferronnier d’art connu notamment pour l’édification des quatre clochetons accompagnant la flèche de la cathédrale.

Originaire de la partie méridionale des Hautes-Alpes, Ferdinand Marrou se forme à la ferblanterie puis à la ferronnerie : il perfectionne son art en montant à Paris et installe son atelier à Rouen en 1868.
Si sa production a été très diverse, la décoration monumentale en est la plus connue. En effet, la prospérité économique de Rouen induit de nombreux travaux de restauration et d’agrandissement de son patrimoine culturel.
Marrou va alors acquérir une grande réputation grâce à sa participation aux grands chantiers sur les monuments de la ville (Gros-Horloge, Palais de Justice, etc.) dont le plus impressionnant reste la pose de quatre clochetons entourant la flèche de la cathédrale.

Cette flèche a été reconstruite, en fonte, à partir de 1823 pour remplacer une flèche renaissance en bois recouverte de plomb doré qui avait été incendiée en 1822 par un orage. Elle porte la hauteur totale de l’édifice à 151mètres environ. C’est la plus haute flèche de France, faisant de la cathédrale le plus haut bâtiment du monde au moment de son achèvement. L’architecte Alavoine n’a pas pu terminer son œuvre : il manquait le lanternon sommital et les quatre clochetons de la base. Cet inachèvement a engendré critiques et polémique chez certains contemporains (en particulier Gustave Flaubert).
L’architecte diocésain de la cathédrale de Rouen, Barthélémy, propose d’équilibrer l’ensemble en achevant les travaux et en ajoutant lanterne et clochetons. Le travail est alors confié à Ferdinand Marrou : 4 ans (de 1880 à 1884) sont nécessaires pour mener à bien le chantier.

En 1881, Witz immortalise Ferdinand Marrou qui contemple son œuvre, se tenant en équilibre périlleux au pied du premier clocheton construit. Des ouvriers observent la scène depuis les balustres de la flèche. L’échafaudage d’un deuxième clocheton est déjà posé.
Les dimensions de cet ouvrage sont exceptionnelles : chaque clocheton mesure 25 mètres de haut et pèse 27 tonnes. Ces quatre clochetons en cuivre sont posés sur un support de fer et de bois ornant la base de la flèche de la Cathédrale de Rouen.
L’un des quatre clochetons, à l’angle nord-est a été emporté par la tempête du 26 décembre 1999. Tombé dans le chœur, il a, dans sa chute, enfoncé la toiture et abîmer des stalles. Les morceaux récupérés sont en cours d’inventaire.

Photographie de la flêche et des clochetons de la cathédrale de Rouen

Photographie de la flêche et des clochetons de la cathédrale de Rouen, août 1881