Poème confiné

L’humain perd son souffle, la Nature s’époumone,

Elle explose de lumière, et lui a la mine grise

Il a tiré aux dés le sort d’l’Humanité

Le voilà confiné dans son iniquité

A l’égard de cette Terre qu’il croyait Promise

Elle qui simplement jouait les Cicerone.

Anne Laurent Fournier, Saint Valéry-en-Caux, le mercredi 8 avril 2020