Accueil » Rechercher  »  Cadre de classement  »  Série D – Instruction publique, sciences et arts

Série D – Instruction publique, sciences et arts

Origine

La série D regroupe en principe exclusivement les documents provenant des institutions qui avaient des fonctions d’enseignement : écoles, collèges et sociétés académiques; il n’y avait pas d’université à Rouen sous l’Ancien Régime. Cependant, on y a également classé certains fonds d’établissements religieux qui avaient spécifiquement mission d’assurer l’éducation des jeunes gens : frères de la Doctrine Chrétienne, Ursulines et diverses congrégations. Le chercheur qui s’intéresse à ces ordres religieux consultera également les fonds de la série G et de la série H.

Composition et typologie

La série D, qui est ainsi constituée de 550 articles, comprend 23 fonds distincts dont on trouvera le détail dans le Guide des Archives de la Seine-Maritime.
Pour les petites écoles et les écoles de grammaire, lecture, arithmétique et écriture, il faut signaler le fonds de la chancellerie de l’Eglise de Rouen qui remonte à 1466 et surtout celui de la communauté des maîtres écrivains de Rouen qui avait le privilège de cet enseignement depuis 1520 (15 articles). Parmi les fonds des collèges tenus par les Jésuites, on note l’importance matérielle du fonds du Collège de Rouen (plus de 110 articles) qui comprend également les fonds du séminaire de Joyeuse et des deux congrégations de Notre-Dame créées auprès du collège. Pour les jeunes filles, il convient de souligner l’intérêt des fonds des Nouvelles catholiques créées pour l’instruction des protestantes converties (65 articles) et celui des sœurs d’Ernemont, congrégation à la fois hospitalière et enseignante, créée à Rouen à la fin du XVIIe siècle et qui essaimera rapidement dans toute la province (20 articles). Les sociétés académiques enfin ne sont représentées que par l’Académie de l’Immaculée conception, appelée  » Palinod « , confrérie fondée à Rouen à la fin du XVe siècle.

Instruments de recherche

Deux inventaires imprimés sont disponibles (inventaire sommaire et répertoire numérique) avec une table alphabétique (personnes, lieux, matières) commune avec la série C.
Guide des Archives de la Seine-Maritime, t. 1, pp. 269-276.

Intérêt de la série

Même si la majeure partie des documents a trait aux biens et titres de propriété des établissements, il convient de signaler l’intérêt des titres de fondation et des statuts d’établissement, la richesse de certaines séries de comptabilité, les plans de bâtiments, les nominations de professeurs, les listes d’élèves et de pensionnaires, enfin, qui constituent des sources précieuses pour l’histoire de l’enseignement.

Pour compléter

Ecoles : série C, fonds de l’Intendance et série G, fonds des chapitres et des paroisses.
Collèges : sous-série 1 B, fonds du Parlement et série C, fonds de l’Intendance.
Série H : enseignement des jeunes filles.
Séminaires : G 9141 à 9143.
Pour retrouver la trace de l’existence d’une école dans une commune, on se reportera utilement aux registres de délibérations paroissiales et communales.

Bibliographie

COMPERE (M.M.) et JULIA (D.).- Les collèges français, XVIe-XVIIIe siècles, 2.- France du Nord et de l’Ouest.- Paris, INRP-CNRS, 1988.
GROSPERRIN (B.).- Les petites écoles sous l’Ancien Régime.- Rennes, Ouest-France, 1984.