Accueil » Rechercher  »  Cadre de classement  »  Série E – Féodalité, familles, corporations de métiers

Série E – Féodalité, familles, corporations de métiers

FAMILLE ET FEODALITE (sous-série 1E)

  • Origine

Les documents qui composent la sous-série 1 E sont des papiers de familles dont la plus grande partie provient des séquestres opérés au moment de la Révolution sur les émigrés et les condamnés.

  • Composition et typologie

On distingue deux types de fonds : les fonds seigneuriaux (issus de familles nobles), d’une part, qui contiennent des titres de propriétés, des inventaires des papiers, des comptes, des aveux*, des pièces de procédures, des rentes*, des documents concernant la haute justice. On peut citer les archives du comté de Tancarville ou celles de la baronnie de Pont-Saint-Pierre. D’autre part, sont conservés les titres de famille. Il s’agit de papiers personnels tels que correspondances privées, généalogies, papiers relatifs aux fonctions exercées par les divers membres de la famille, auxquels sont souvent jointes des archives concernant des biens féodaux. Le volume de documents conservés est très inégal d’une famille à l’autre.

  • Instruments de recherche

Un récolement dactylographié indique les numéros d’ordre de chaque article. Les papiers familiaux sont classés au nom de famille et les titres féodaux au nom de la seigneurie.
Guide des Archives de la Seine-Maritime, t. 1, pp. 278-300.

  • Intérêt de la série

Documents relatifs à l’histoire des propriétés, à celle de la vie privée (correspondances, livres de raison), et aux activités professionnelles (verreries, commerce des toiles, architecture, parlementaires,…). Recherches sur les personnes, sur les biens, sur la noblesse et sur la féodalité.

  • Pour compléter

Série B, archives des justices seigneuriales.
Série J, archives privées.
Sous-série 12 Fi pour les plans terriers* à compléter par les registres terriers qui ont été regroupés en une collection spécifique de 333 articles et classés dans la sous-série 1E.

CORPORATIONS D’ARTS ET DE METIERS (sous-série 5E)

  • Origine

Les corporations de métiers et d’arts, encore appelées jurandes ou maîtrises, sont des organisations professionnelles bénéficiant d’un statut juridique. Leurs membres (apprentis, compagnons et maîtres) sont égaux et solidaires dans le but de protéger l’intérêt du groupe. Des jurés ou gardes du métier sont élus par les maîtres pour rédiger le règlement de la corporation, en assurer l’application et administrer les finances. Les corporations sont le cadre principal de l’activité économique jusqu’à la Révolution française. Elles sont supprimées par la loi du 2-7 mars 1791.

  • Composition et typologie

Classés en une série numérique continue de près de mille articles, les documents conservés couvrent une large période chronologique depuis le XIVe siècle jusqu’à 1791. Ils sont regroupés par ville et à l’intérieur de chaque ville, par ordre alphabétique des métiers. Avec près de 800 articles, ce sont les corporations de la ville de Rouen qui sont les mieux représentées. Les documents concernent la mise en œuvre de la corporation (statuts, règlements, privilèges), son fonctionnement (délibérations, comptes recettes et dépenses), ses membres (registres des membres, listes de réceptions d’apprentis, de compagnons, de maîtres), ses biens (inventaire des titres, registres d’impositions, papiers relatifs à la gestion des biens) et enfin des pièces de procédures. Certains fonds sont particulièrement abondants : marchands de cidre, vinaigriers-marchands d’eau-de-vie, merciers-drapiers.

  • Instruments de recherche

5 E, répertoire numérique provisoire dactylographié. Classement dans l’ordre alphabétique des communes et à l’intérieur par corporations.
Guide des Archives de la Seine-Maritime, t. 1, pp. 325-327.

  • Intérêt de la série

Histoire économique et sociale, histoire des techniques.

  • Pour compléter

Série B, fonds des bailliages : réceptions d’officiers, enregistrement de statuts d’arts et métiers ; registres des métiers jurés ; enregistrement des métiers devant la police, cahiers de doléances.
Série C, fonds de l’intendance : surveillance des communautés de métiers par l’intendant.
Série J.
Série 2 E, minutes notariales : contrats d’apprentissage.
Sous-série 1 Q, correspondances sur les créances, le patrimoine des communautés d’arts et de métiers, 1792-an III (1 QP 76-77).
Les corporations sont souvent doublées d’une confrérie* religieuse (séries G et J).

Voir fiche A la recherche de ses origines, Travail et métiers