Accueil » Rechercher  »  Cadre de classement  »  Série G – Clergé séculier

Série G – Clergé séculier

Origine

Le clergé séculier, c’est-à-dire vivant  » dans le siècle  » est constitué des religieux ayant été ordonnés (prêtres et diacres), par opposition au clergé régulier, vivant selon la règle monastique (voir série H).
Les documents de la série G (près de 10.000 articles) proviennent du séquestre des archives ecclésiastiques au moment de la Révolution. Plusieurs fonds se juxtaposent et sont cotés les uns à la suite des autres.

ARCHEVECHE DE ROUEN

A la tête du diocèse de Rouen, fondé en 314, se trouve l’archevêque qui est l’un des personnages les plus puissants du royaume. Son rôle est d’assurer la direction spirituelle du diocèse (visites pastorales*). Il est également détenteur d’importants biens mobiliers et fonciers (Rouen, Déville, Dieppe, comté d’Aliermont et Douvrend, Louviers, Gaillon, Fresne-L’Archevêque, Cliponville, Envronville, Alizay et Grand-Quevilly).
L’archevêché est aussi l’institution en charge de l’administration du diocèse. Pour l’assister, l’archevêque est entouré de la cour archiépiscopale (composée de vicaires) et d’officiers ecclésiastiques.
Sur le plan territorial, le diocèse de Rouen est constitué de six archidiaconés eux-mêmes divisés en vingt huit doyennés. Les archidiacres vérifient les comptes des trésoriers des fabriques*, la tenue du matériel liturgique, les registres paroissiaux, les écoles. Les doyens assurent le lien entre les curés et l’administration diocésaine. Leur mission est à la fois spirituelle et matérielle (surveillance de l’entretien des bâtiments par exemple).

  • Composition et typologie

Ordres du roi et du pape (mandements et bulles*) ; mission spirituelle : procès-verbaux de visites pastorales*, documents découlant de la surveillance et du contrôle du clergé (registres des ordinations, états du clergé) ; administration de l’archevêché : comptes, titres de propriétés, titres de rentes*, terriers*. Les archidiaconés et doyennés sont respectivement représentés par des fonds.

CHAPITRE DE LA CATHEDRALE DE ROUEN

Communauté de prêtres (chanoines) attachés au service religieux et à l’entretien de la cathédrale dont le rôle est essentiellement liturgique. Comme l’archevêché, le chapitre de la cathédrale de Rouen est aussi une institution et possède un patrimoine foncier dont les revenus sont importants.

  • Composition et typologie

Délibérations capitulaires, comptes, documents relatifs à la gestion des biens, à la vie privée des chanoines (testaments) et aux relations du chapitre avec l’extérieur.

OFFICIALITES

Tribunal ecclésiastique présidé par un clerc appelé official et jugeant, au nom de l’archevêque, selon le droit de l’église (droit canon). Il juge les affaires spirituelles et les affaires personnelles lorsque celles-ci impliquent un clerc. Les archives de trois tribunaux ecclésiastiques (Chaumont, Fécamp et Montivilliers) qui échappent à la juridiction de l’archevêque sont également conservées ici.

  • Composition et typologie

Registres des causes de l’officialité, pièces de procédure.

ASSEMBLEES ET CHAMBRES DU CLERGE, BUREAU DES DECIMES DU DIOCESE DE ROUEN

Le clergé est organisé en assemblées composées de députés élus : assemblées diocésaines, provinciales ou générales. Leur rôle est, à l’origine, financier. Il s’agit d’assurer le paiement des contributions dues au roi par le clergé (contributions financées par les décimes prélevées sur l’ensemble de ses membres).

  • Composition et typologie

Procès-verbaux de l’assemblée générale du clergé de France, délibérations de la Chambre supérieure des décimes, comptes des décimes.

INSINUATIONS ECCLESIASTIQUES

Enregistrement auprès de l’officialité du diocèse, des actes touchant les affaires ou les personnes ecclésiastiques ainsi que les dispenses matrimoniales (consanguinité, dispenses de bans*).

  • Composition et typologie

Les registres sont classés par ordre chronologique et couvrent la période 1655-1790. Un index par noms d’hommes existe pour les dispenses de bans de mariages.

Etant donné la fréquence des mariages consanguins, les registres d’insinuation constituent une source précieuse pour la généalogie.

PAROISSES

Circonscription religieuse de base, la paroisse recouvre à la fois un territoire et une communauté d’habitants confiés à un curé. Les revenus et les biens de la paroisse (le temporel) sont gérés par un conseil de laïcs: la fabrique. Le diocèse de Rouen comptait environ 1 400 paroisses.
Composition et typologie
Les archives sont classées en distinguant les paroisses de Rouen de celles en dehors de Rouen, dans l’ordre alphabétique des noms de lieux. On trouve des registres de comptes, délibérations de la fabrique, inventaires des titres et biens des paroisses, cartulaires*.
On trouve également, fondées dans certaines paroisses, des confréries* dont certaines sont aussi appelées charités. Ce sont des associations pieuses de laïques qui appliquent des principes d’entraide et de charité entre ses membres. Les documents concernant les confréries sont généralement placés à la fin du fonds de la paroisse où elles se tiennent. On trouve des statuts, des listes de membres, des comptes, des titres de rentes, des inventaires, des pièces de procédures.
Les archives des paroisses sont à compléter impérativement par celles de la sous-série 2 J qui compte plus de 500 fonds paroissiaux contenant des documents antérieurs au XIXe siècle.

SEMINAIRES

En Normandie, le plus ancien établissement est le séminaire de Joyeuse fondé en 1615 dont les archives sont conservées dans la série D. La série G, quant à elle, contient trois fonds de ce type : le séminaire archiépiscopal de Rouen dit séminaire Saint-Vivien ou Grand Séminaire (fondé en 1656), le séminaire Saint-Nicaise de Rouen dit Petit séminaire (fondé en 1680), le séminaire Saint-Louis (fondé en 1726) destiné à accueillir les prêtres âgés du diocèse.

  • Composition et typologie

Cartulaires*, comptes, titres de rentes* et de propriétés, registres des pensions, registres d’ordinands, lettres de l’archevêque.

COLLEGIALES, COMMUNAUTE DES PRETRES DE SAINT-CHARLES DU HAVRE

Les collégiales sont des églises desservies par un collège de chanoines. Cinq fonds sont conservés dans la série G : collégiale du Sépulcre, collégiale de Sauqueville, collégiale de Gournay, collégiale de Blainville, collégiale d’Yvetot. On trouve également quelques liasses concernant la communauté de prêtres de Saint-Charles du Havre (1660-1788).

  • Composition et typologie

Cartulaires*, inventaires, délibérations, titres de rentes* et de propriétés, lettres de l’archevêque.

  • Instruments de recherche

Inventaire sommaire en 7 volumes publié de 1868 à 1912. Chaque volume de l’inventaire est muni d’une table qui permet de se repérer dans les fonds ; le 7ème volume étant constitué en partie de suppléments aux fonds déjà présentés.
L’introduction des vol. 1 et 2 est très utile pour l’histoire du diocèse, son étendue géographique, son organisation administrative et la fonction des différents membres du clergé.
Index manuscrits, noms de lieux et de personnes ; Insinuations ecclésiastiques, dispenses de bans : index des noms de personnes.
Guide des Archives de la Seine-Maritime, t. 1, pp. 331-361.

  • Intérêt de la série

La série G contient de nombreux documents parmi les plus anciens conservés aux Archives départementales de la Seine-Maritime dont une partie est en latin. Sous l’Ancien Régime, la religion est présente à tout moment de la vie. A ce titre, la série G constitue une source unique pour l’histoire religieuse, politique, sociologique, économique ou pour l’histoire de l’art et de l’architecture. Elle est également indispensable aux recherches sur les familles et sur les lieux.

  • Pour compléter

1 J, fonds de l’archevêché de Rouen, XIXe-XXe siècles.
2 J, fonds des archives paroissiales du diocèse de Rouen.
130 J, fonds du Grand Séminaire de Rouen.
1 F, fonds de l’Abbé Maurice. Contient un répertoire des prêtres du diocèse de Rouen.
Les registres paroissiaux se trouvent dans les sous séries 3 E et 4 E.

Dîme
Impôt correspondant, en principe à un dixième des récoltes prélevé par l’Eglise pour assurer l’entretien des édifices et la subsistance des ecclésiastiques.
Décimes
Impôt perçu par le clergé sur l’ensemble de ses membres et destiné au paiement des charges du clergé. Le montant global est fixé par l’assemblée du clergé et réparti par le bureau des décimes. La perception est assurée par les receveurs diocésains et le receveur général du clergé. Les contentieux sont jugés en appel par la chambre supérieure des décimes.

  • Bibliographie

TABBAGH (Vincent).- Répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines de France de 1200 à 1500, tome II, diocèse de Rouen.- Paris, 1998.
Répertoire des visites pastorales de la France, vol. 1-4, anciens diocèses jusqu’en 1790 : La Rochelle-Ypres, Bâle.- Ed. du C.N.R.S., 1985.