Accueil » Rechercher  »  Cadre de classement  »  Série T – Enseignement, Affaires culturelles, Sports

Série T – Enseignement, Affaires culturelles, Sports

Origine

La série T résulte des versements de plusieurs administrations : préfecture, inspection académique, rectorat, archives départementales, conservatoire régional de Normandie.

ENSEIGNEMENT (sous-série 1 T)

La majeure partie de la série T concerne l’enseignement (sous-série 1 T). Les fonds versés par la préfecture et par les services académiques couvrent les différents types d’enseignement (primaire, secondaire et supérieur, public et privé) tant du point de vue administratif (personnel, matériel) que pédagogique.
A cela s’ajoutent les fonds des établissements publics d’enseignement (dont 150 écoles primaires) de la fin du XIXe siècle à 1940 dans lesquels on trouve des registres matricules*, des registres de présence, des états de situation des écoles, des registres d’appel journalier, des cahiers de composition.
Après 1848 et jusqu’en 1964, le siège de l’Académie fut fixé à Caen. On trouvera aux Archives départementales du Calvados de nombreux documents relatifs au fonctionnement, pour cette période, des établissements d’enseignement primaire, secondaire et supérieur. Le fonds de l’école de médecine et de pharmacie de Rouen remonte à 1820.

IMPRIMERIE, LIBRAIRIE, PRESSE (sous-série 2 T)

Les dossiers témoignent du contrôle exercé par l’administration préfectorale sur les professions de libraires, imprimeurs, bouquinistes dans un souci d’ordre public (voir également sous-série 4 M, Police : 4 M 629-659). Jusqu’en 1881 l’obtention d’un brevet était nécessaire à l’exercice de ces professions, de même les intéressés devaient fournir des déclarations préalables à l’impression et à la diffusion d’ouvrages. Les dossiers qui en résultent sont classés dans l’ordre alphabétique des personnes (1790-1881).
On trouve également en 2 T des dossiers relatifs au dépôt légal institué en 1810 classés dans l’ordre alphabétique des imprimeurs.
Si les déclarations relatives à la presse (dossiers de journaux) sont classées en sous-série 2 T, les journaux eux-mêmes sont conservés en sous-série JPL, journaux et périodiques locaux, voir journaux et périodiques.

ARCHIVES DEPARTEMENTALES (sous-série 3 T)

Rassemblées au chef-lieu du département en 1796, les archives publiques furent placées sous le contrôle de la préfecture. Les documents conservés ici permettent de retracer l’activité de ce service notamment à partir des rapports annuels de l’archiviste (1857-1940).

AFFAIRES CULTURELLES (sous-série 4 T)

Cette sous-série a recueilli les dossiers administratifs relatifs à l’action de l’Etat et du Conseil général en matière d’action culturelle : bibliothèques, sociétés savantes et culturelles, musique, théâtres, écoles d’art, écoles de musique, sites et monuments naturels, hommages publics, beaux-arts, fouilles et découvertes archéologiques, monuments historiques, musées.
Deux petits fonds y ont été ajoutés : les papiers de l’architecte des monuments historiques Franchette (4 T 230-251, 1935-1940) et les archives de la Commission départementale des Antiquités (4 T 252-274, 1818-1942).

SPORTS (sous-série 5 T)

Il s’agit presque uniquement dans cette sous-série de dossiers de subventions aux associations sportives attribuées par le Conseil général (1869-1943).

Instruments de recherche

Répertoire numérique publié en 1996 (listes des recteurs
de l’académie de Rouen, recteurs de l’académie de Caen, des inspecteurs d’académie de la Seine-Inférieure).
Guide des Archives de la Seine-Maritime, t. 2, pp. 587-592.

Intérêt de la série

Les fonds conservés en sous-série 1 T (2600 articles) sont particulièrement remarquables par la richesse et l’ancienneté des documents relatifs à l’enseignement primaire et qui concernent tant le personnel enseignant que les élèves, les bâtiments que le matériel scolaire : statistiques et états de situation depuis l’Empire, écoles d’enseignement mutuel, abondance des fonds des écoles maternelles et primaires. Les fonds des établissements secondaires, techniques et supérieurs sont bien représentés, notamment ceux du lycée Corneille (depuis 1809), de l’Ecole supérieure des sciences et lettres (depuis 1881) et de l’Institut chimique de Rouen (depuis 1917).

Pour compléter

Série D, Instruction publique, sciences et arts avant 1790.
Série J, Archives d’origine privée. Plusieurs fonds provenant d’institutions catholiques.
Sous-série 6 Fi, albums de la Commission départementale des Antiquités.

Bibliographie

SERVICE D’HISTOIRE DE L’EDUCATION.- L’histoire de l’enseignement : XIXe-XXe siècles. Guide du chercheur, sous la dir. de Th. Charmasson, Paris, I.N.R.P., 1988.