Registre d’enfants trouvés et abandonnés

Registre d’enfants trouvés et abandonnés, Hôtel Dieu de Rouen, année 1813, H dépôt 3 Q 270

Ce registre des enfants trouvés et abandonnés est conservé dans le fonds de l’Hospice général, sur le site actuel du CHU (l’emplacement du tour d’abandon a été préservé ; il se situe à gauche de la porte cochère qui mène à la cour d’honneur du CHU). Ces registres étaient probablement tenus par le préposé aux enfants abandonnés (nommé ensuite « élèves des hospices civils ») qui inscrivait les enfants abandonnés, le plus souvent, par leur mère dans un tour, au fur et à mesure de leur arrivée à l’hôpital. On mettait alors à chaque enfant, un collier avec un numéro, celui-ci étant reporté sur le registre. Figuraient également sur le registre, la date d’entrée de l’enfant, la description de ces vêtements, la transcription du billet quand il y en avait un sur l’enfant, sa date de baptême, et parfois joint au procès-verbal, un morceau de la « remarque » de l’enfant : ruban, médaille, médaillon avec une mèche de cheveux ; la mère gardait l’autre moitié afin de pouvoir réclamer son enfant si elle le désirait. La remarque, bien que parfois explicitement décrite dans le billet, était souvent arbitrairement désignée par l’hôpital, qui conservait un morceau de ruban ou un coupon de tissu découpé des vêtements que portait l’enfant à son arrivée. On trouve toujours, dans les registres, la plupart du temps, ces remarques collées ou épinglées.

Quand l’enfant mourait à l’hôpital, sa date de décès figurait également sur le registre.

Les enfants présentés ici, sont des jumeaux, Castor et Pollux, qui n’étaient pas leurs vrais prénoms ; comme pour tous les enfants abandonnés, ceux-ci étaient changés à leur arrivée à l’hôpital. Leur « vrai » prénom y est accolé : Castor Simon, Pollux Jude. D’ailleurs, ce maintien en parallèle du prénom donné par la mère, est très rare. Des noms de famille arbitraires et volontairement fantaisistes leur étaient également attribués.

Ces enfants ont été déposés par leur mère à l’âge de 6 mois, le 12 juillet 1813 ; l’un d’eux, Castor décède quelques mois plus tard, le 4 mars 1814. Pollux est remis à une nourrice. Sa mère le retrouvera, 35 ans plus tard, le 13 mai 1848.

Karine Blondel et Audrey Bloche